Santé, conservation, fabrication : comment consommer son beurre ?

Lors de la crise sanitaire, nous avons été nombreux à nous tourner vers le réconfort de la nourriture et plus particulièrement vers les desserts. Gâteaux, cookies et mousses au chocolat ont ainsi rythmé nos journées. Si le sucre n’est pas très bon pour la santé, il ne serait pas le seul à faire du tort à notre cholestérol. En effet, le beurre, qui est le produit laitier le plus consommé par nos amis bretons, ne se démarquerait pas seulement par ses intérêts gustatifs…

Beurre doux, demi-sel ou salé : quelles différences ?

Une chose est sûre, pas de bonne cuisine sans cet ingrédient incontournable que représente le beurre. Doux, demi-sel ou salé, le beurre a toujours séduit le cœur des Français. On le retrouve dans la grande majorité des cuisines. Mais alors, au-delà du goût, quelles sont les différences entre ces deux produits vedette de la cuisine française ?

  • Beurre doux : globalement, le beurre doux résulte d’un simple barattage de la crème.
  • Beurre demi-sel : entre 0,5 % et 3 % de sel, son appellation correspond au beurre demi-sel.
  • Beurre salé : au-delà de 3 % de sel, son appellation devient « beurre salé ».

Quoi qu’il en soit, que le beurre soit doux, demi-sel ou salé, la réglementation française en vigueur mentionne que le produit final doit contenir au moins 82 grammes de matières grasses.

Quand utiliser le beurre doux ?

D’ordre général, les chef-cuisiniers recommandent d’utiliser le beurre doux en cuisson avec de l’huile ou de tournesol, par exemple. Ce type de beurre résiste à des températures élevées. Ainsi, celui-ci est préconisé pour cuire une viande ou pour graisser des plaques et des moules de cuisine. Autrement, l’utilisation du beurre doux se prête bien dans le cadre de la plancha, avant de faire cuire des légumes ou protéines animales comme de la viande ou du poisson.

Quand opter pour le beurre demi-sel ou salé ?

Le beurre demi-sel pour accompagner les tartines du petit-déjeuner est bien connu par les adeptes du premier repas de la journée. Toutefois, ce type de beurre est aussi préconisé en fin de cuisson de certains aliments tels que les viandes. Cela permet, entre autres, d’ajouter de la saveur et d’éviter l’usage d’une sauce. Le demi-sel fait aussi le bonheur des grands pâtissiers ou des amateurs avides de pâtisseries sucrées. Ce type de beurre est également adéquat pour concocter des mousses au chocolat, des sablés bretons ou encore des ganaches au chocolat.

Les effets du beurre sur la santé

Un aliment porteur de cholestérol

Si la plupart des aliments ne sont pas mauvais pour la santé tant qu’ils sont consommés en petite quantité, le beurre, lui, ne permettrait pas une aussi grande souplesse. En effet, une entreprise commerciale danoise, réalisée au départ pour valoriser les bienfaits du beurre, a finalement viré de bord. Une étude scientifique a alors été réalisée, en 2015, dans le but d’alerter sur les dangers du beurre, et ce même s’il est consommé en petite quantité.

Depuis cette étude, d’autres recherches plus poussées ont été effectuées. Le beurre est alors désigné effectivement comme un aliment très calorique (73 kcal pour 10g), mais il ne serait pas le seul. En effet, les diverses margarines et huiles d’olive seraient tout autant nocives pour la santé. Bonne nouvelle cependant, le beurre ne serait pas responsable des infarctus ou des accidents vasculaires cérébraux. Tout du moins, il n’aggraverait pas la maladie.

En 2016, on découvre que le beurre est bel et bien responsable d’un taux de cholestérol élevé, mais qu’il ne serait pas pour autant à proscrire de notre alimentation. Conclusion : le beurre c’est oui, mais en petite quantité.

Des côtés positifs : le beurre et la prévention du diabète

beurre repasLe beurre n’aurait pas que des effets négatifs ! En effet, de nombreux médecins nutritionnistes ont désigné le beurre comme étant une très bonne protection contre le diabète. La probabilité d’avoir cette maladie serait ainsi réduite de 4 %. Ajoutons à cela le fait qu’il n’y a pas de lactose ni de sucre dans le beurre. Il bénéficie, en outre, d’une forte teneur en calcium, en vitamine D, en vitamine E et en vitamine A.

A travers les âges, le gras a toujours été désigné comme étant la source principale de nos problèmes de santé. Ces rumeurs, sans fondements scientifiques, sont en réalité apparues à cause des grosses entreprises alimentaires qui souhaitaient vendre plus facilement leurs produits sucrés.

En faisant du gras « le méchant », ils ont ainsi pu vendre sans crainte leurs produits sucrés. A ce jour, les scientifiques et nutritionnistes s’accordent tous à dire que le sucre est bien plus nocif pour la santé que le gras.

Comment conserver son beurre ?

Contrairement à ce qu’on peut penser, le beurre n’est pas un aliment que l’on peut conserver aussi longtemps que l’huile ou autres matières grasses. En effet, le beurre n’est pas composé uniquement de gras. Il est donc très sensible à l’oxygène, à la chaleur et aux rayons ultraviolets. A leur contact, le beurre peut alors rancir jusqu’à être impropre à la consommation.

Pour le garder plus longtemps, il peut être préférable d’opter pour du beurre salé. En effet, le sel est un très bon conservateur. Le beurre salé peut se conserver plus de huit semaines au réfrigérateur. Le beurre doux, lui, peut tenir huit semaines grand maximum.

Repérer un beurre périmé

Le beurre rance, exposé trop souvent à la chaleur et à la lumière, est facilement reconnaissable. Voici les signes qui doivent vous alerter :

  • La couleur du beurre : lorsque le beurre rancit, il devient jaune ou blanc à la surface.
  • Une odeur inhabituelle : le beurre périmé se caractérise par une odeur aigre très prononcée.
  • Un goût aigre : le goût du beurre sera beaucoup plus fort et aigre

Vous ne risquez cependant pas grand-chose à consommer votre beurre après la date de péremption. Attention, il n’est tout de même pas conseillé de le manger plus de deux mois après la date de durabilité minimale (DDM).

Fabriquer son beurre végétal maison

Que l’on soit végétalien ou qu’on ait juste envie de manger plus sain et de savoir ce qu’il y a dans ses aliments, fabriquer son beurre végétal maison, sans huile de palme peut profiter à toute la famille. Cette recette est indiquée sans lactose et sans gluten.

Recette du beurre végétal, sans huile de palme

  • Quantité de beurre obtenue : 500 g
  • Préparation : 15 min

Ingrédients

  • 85g de noix de cajou
  • 175 mL d’eau
  • 1 gélule de probiotique
  • 255 g d’huile de coco
  • 80 ML d’huile de colza
  • càs de poudre de lécithine de tournesol
  • 1 pincée de sel

Etapes de préparation

  1. Écrasez les noix de sajou et mélangez les avec l’eau et le contenu des gélules probiotiques
  2. Laissez votre préparation à température ambiante pendant 12 heures pour fermentation
  3. A l’issue de la fermentation, mélangez votre préparation avec la lécithine de tournesol, l’huile de colza, l’huile de coco et le sel.
  4. Mélangez bien le tout jusqu’à obtenir un résultat homogène et sans bulles.
  5. Versez votre beurre dans un récipient puis laisser le reposer 1h au congélateur.
  6. Lorsqu’il est suffisamment figé, placez-le dans votre réfrigérateur.

3 recettes maison de beurres végétaux épicés

Zoom sur trois recettes maison de beurres végétaux épicés. Voici quelques conseils en images pour réaliser soi-même son beurre végétal, avec en prime, des épices pour plus de saveurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *