Insistance
Art, Psychanalyse, Politique

MNEMOART


MNEMOART

propose de penser l'art et la psychanalyse avec la science et la politique comme une écriture poétique contre l'oubli.

MnemoArt est un groupe de recherche expérimentale fondé par Tamara et Jean-Pierre Landau, psychanalystes et artistes,avec la participation de Alain Lazare, Axelle du Rouret Didier-Weill,Bruno Contensou, Catherine Fava-Dauvergne,Chantal Riols, Harold Rive-Decaillot,Marc Bonnet, Paola Mieli et Julia Desautel, tous engagés à partir de ce lieu dans une élaboration originale autour de la figuration plastique de concepts psychanalytiques axés sur le temps, la mémoire et la trace.

Un nouveau langage nouant la psychanalyse à l'art et à la science est en recherche à travers des échanges, des rencontres et des événements artistiques.Des expositions et des événements éphémères (video, expos, performances) vont scander les temps des réflexions théoriques du groupe. Une attention particulière sera portée à l'après-coup et à la trace laissée par le caractère éphémère des écritures.La constitution d'un réseau de galeries et de centre d'arts en différents pays accueillant les artistes de MnemoArt est prévue afin de continuer à interroger la position subversive du sujet dans la science et dans la société avec la création d'actes poétiques.



ÉIDOLON

Forum Lou Salome' Psychanalystes Femmes sur la Toile avec ses partenaires I.S.A.P, Istituto di Studi Avanzati in Psicoanalisi et Espace Tadini présentent Tamara Landau, Jean-Pierre Landau et le Groupe MNEMOART "L'é-lu, l'é-cri, l'é-toile et le temps" Installation et performance peinturale, poétique et musicale En fin de soirée on offrira un "vin d'honneur" Vendredi 13 février 2009, 21 h. SPAZIO TADINI, via Jommelli 24 MILANO ÉIDOLON 1 La première rencontre d'ÉIDOLON accueille une complexe installation et performance d'art, poésie et musique, conçue et cohordonnée par Tamara e Jean-Pierre Landau, psychanalystes et artistes à Paris. Engagés depuis plusieurs années dans une recherche originale sur le temps et la figuration plastique de concepts extraits du discours de la psychanalyse, ils fondent dans 2008 MNEMOART, groupe de recherche expérimentale qui propose de concevoir l'art, avec la psychanalyse et la science, comme une écriture poétique contre l'oubli.

"L'é-lu, l'é-cri, l'é-toile et le temps"

constitue une "exposition éphémère" de tableaux et d'installations qui met en scène, avec des textes poétiques de Jean-Pierre Landau, la place subjective et la fonction de la mémoire de l'artiste pendant son acte de création. Un regard particulier est posé sur la question de la trace ainsi que de la fonction du temps dans l'inconscient. Un groupe d' artistes de MnemoArt donne un caractère multimédial à l'acte poétique. Catherine Fava-Dauvergne, chanteuse et psychanalyste Alain Lazare, saxophoniste et psychanalyste Marc Bonnet, peintre Harold Rive-Decaillot, videaste Biographie des artistes Tamara Landau, psychanalyste, est devenue sculpteur pour pouvoir écouter, penser et transmettre la souffrance cachée et indicible des patients. Entre 94 à 2002 elle fréquente l'atelier de A. Carlinsky, élève de O. Zadkine, celui de Voledda et les ateliers des Beaux Arts. La taille directe s'impose à elle comme première écriture poétique des zones insondables de l'inconscient. Ses oeuvres en albâtre, pierre féminine très érotique et sinueuse nommée «agathe à seins» à Volterra, à la fois dure et tendre et opaque et transparente, expriment avec force cette ambivalence originaire. Tamara Landau participe à des expositions collectives à partir de 2001, «Art in progress» Artship, Paris,St Francisco et aux ateliers des Beaux Arts. Par la suite, l'échange avec Jean-Pierre Landau, psychanalyste et peintre, viendra nourrir avec ses «mots-couleurs» son élaboration théorique et son écriture. En 2004, elle va exposer ses sculptures autour de «l'enfant enclavé» au Musée du Montparnasse, Paris, au Palais des Congrès à Marseille, au Vinatier à Lyon. En 2005 l'exposition à l'Espace Beaurepaire, à Paris, viendra clore cette phase rivée sur le tourment et la faille originaire. Une autre réflexion s'annonce plus joyeuse sur le temps, l'inconscient et la capacité de transformation des sujets. La création devient ainsi à la fois outil d'écoute,de changement et le seul moyen d'être en relation avec le monde. Le rapport entre l'être, le temps et le désir est désormais figuré de façon ludique dans des installations qui relient rêve et souvenirs au réel dans un acte poétique. Dans l'exposition «L'é-lu, l'é-cri et le temps»en 2008 à la galerie La Blanchisserie, à Boulogne(92), Tamara Landau marque ce tournant avec «Bloc-notes magique 1» qui va continuer à nous plonger dans l'inconscient en nous faisant survoler, comme un tapis magique, l'univers de tous les possibles. Jean-Pierre Landau est né à Lachau, en 1944, pendant l'occupation. Après la guerre, avec sa famille il va vivre à Saint-Tropez et, à sept ans, à Nice. Fils du peintre Zygmunt Landau de l'École de Paris, notre artiste a été imprégné très tôt du travail de son père. Dès sa naissance il est baigné des odeurs d'huile de lin et d'essence de thérébentine. De Saint-Tropez à Nice, il rencontre des amis de son père, écoute les histoires de peintres, leurs recherches, leurs questions, leurs doutes (Kisling, Barta, Zgoba, Menjinski, Allix, Kremegne, Vachon, Achiam...). Très tôt son père l'installe devant un chevalet et l'initie à la magie de la trace picturale, du trait, de la couleur. Il confie son fils adolescent à son amie peintre Josette Leca Bournet qui lui apprend à voir à travers le dessin. La disparition de son père en 1962 laisse Landau dans un désarroi et il ne s'autorisera à se rapprocher de l'art qu'à travers la terre (le retour à la terre, à la terre biblique?), la sculpture, après être devenu psychanalyste, après ses etudes de médecine et de psychiatrie. L'écoute du psychanalyste et le regard du peintre se traduisent dans la palette avec la violence des mots-couleur, le silence des taches, la musique de la richesse des pigments. Après un parcours dans l'atelier de sculpture de Karlinski, élève de Zadkine, Landau fréquente l'atelier de sculpture sur pierre de Mahu (taille directe) et retourne en 1990 à sa passion, le langage pictural, en suivant les cours aux ateliers des Beaux-Arts à Paris, où il expose tous les ans. Il utilise, au départ, le pastel avant de redécouvrir la peinture à l'huile de son enfance. Depuis 2000, il participe tous les ans à des expositions collectives et personnelles. www.jplandau.net Expositions [ 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 ] 2008 Exposition «L'é-lu : l'é-cri, l'é-toiles et le temps», la Blanchisserie, Boulogne, exposition personnelle. OPEN XI. Exposition internationale de sculptures et installations, Lido de Venise, exposition collective. Exposition internationale «Il vuoto e le forme», Chiavenna (Sondrio), Italie, exposition collective. Exposition A.N.G.E.L.I et Traces d'infini, Mya Lurgo Galery, Lugano (Suisse), exposition collective. 10 ans de l'association De Quoi On Se Mêle, Espace Jemmapes, Paris, exposition collective. 2007 «À la rencontre de l'autre», à HYPERLINK "http://galeriedelangle.free.fr/" \t "_blank" «La gallerie de l'angle», Paris, exposition personnelle 2006 La Taverna Degli Artisti, Costa Lambro, Carate Brianza (Italie), exposition personnelle La Préface, Colomiers, exposition personnelle «Autour du Couple», Atelier de Tatiana Stolpovic, Paris, exposition personnelle 2005 Centre d'Art et de Culture de la rue Broca, Paris, exposition personnelle «Les mots-couleurs», Salon Œdipe, Paris, exposition personnelle «Peintures, sculptures et tissages: 5 univers», le toit de la Grande Arche, La Défense, exposition collective «L'enfant enclavé», HYPERLINK "http://www.espacebeaurepaire.com/" \t "_blank" Espace Beaurepaire, Paris, HYPERLINK "http://www.espacebeaurepaire.com/archive/Landau.html" \t "_blank" exposition avec HYPERLINK "http://www.tamara-landau.net/" \t "_blank" Tamara Landau (sculptures) 2004 «L'impossible naissance», Musée du Montparnasse, Paris, exposition avec HYPERLINK "http://www.tamara-landau.net/" \t "_blank" Tamara Landau (sculptures) Librairie Gutenberg, Paris, exposition personnelle Palais de Tokyo, Paris, exposition collective «L'impossible naissance», Palais des Congrès, Marseille, exposition avec Tamara Landau (sculptures) «L'enfant enclavé», Le Vinatier, Lyon, exposition avec Tamara Landau (sculptures) 2003 «Frammenti di passione», Caffè letterario, Milano (Italie), exposition personnelle Galleria Babele, Milano (Italie), exposition personnelle 2002 «La palette de nos paroles», Carpe Artem, Paris, exposition collective «Quand dansent les couleurs venues d'ailleurs», Gallerie La Marge, Ajaccio, exposition collective 2001 «Art in Progress», Artship, Paris et San Francisco (U.S.A.), exposition collective 2000 «Pastels», Atelier Montparnasse, Paris, exposition personnelle ÉIDOLON - Le dessein " Le tableau, certes, est dans mon oeil. Mais moi, je suis dans le tableau.» JACQUES LACAN Le titre n'est rien d'autre que le signifiant grec employé par Platon pour désigner l'image. Quelle est donc la logique de la fiction? Jacques Lacan reprend de l'empiriste Bentham l'idée d'une logique de la fictitiousness en la renversant en tant que logique de la vérité. Derrière l'image ce qui se dévoile est alors la vérité des choses, les détails ou les apparences de leur beauté, comme les altérations possible de toute forme. Nous expérimentons dans l'œuvre d'art ce qu'ailleurs nous paraît insondable. Forum Lou Salomé propose ÉIDOLON en tant que projet s'ouvrant du point de vue théorique et factuel du champ de la psychanalyse vers le champ de l'art et de l'esthétique. Il s'agît d'une intersection qui de quelque façon nous paraît nécessaire. ÉIDOLON constituera un cycle de rencontres entre psychanalystes, artistes, philosophes et critiques de l'art qui s'interrogeront sur la question de l'image dans l'âge contemporain. Des films, des vidéo, des installations, des œuvres, des événements seront présentés , commentés ou accompagnés par des débats théoriques. Cette hétérogénéité constituera un caractère distinctif du projet qui se veut pluriel et polyphonique. Le débat et la possibilité d'échanger nos idées ce sera nôtre premier but. Sans faire de l'académie, avec sympatie, avec intégrité, la psychanalyse et le discours de la critique interrogerons la contemporanéité face à la question de l'image avec le filtre de la question ésthétique. Ce qui, comme on sait depuis Wittgenstein, doit être conçu comme la forme contemporaine de l'éthique, éthique d'une nouvelle utopie possible. On ne se passera d'une référence à la fonction du regard, champ éminemment freudo-lacanien, certes non encore obsolète, tant qu'une théoricienne de l'art contemporain du niveau de Rosalind Krauss a pu forger le concept d'«inconscient optique», stimulant bien que discutable. La psychanalyse donc, qui a toujours interrogé la pulsion scopique, interpelle aujourdhui le champ ésthétique. L'art , qui est «cosa mentale», comme le dit Léonard de Vinci, est pour nous la «chose» investie par le langage: sa «chosité», son adhésion au réel, est quelque chose qui oppose une résistance à la générale dérive imaginaire. Par rapport à la constitution du sujet dans l'inconscient et à son statut éthique, la question des façons de produire l'œuvre d'art et d'en jouir ne nous laisse pas dans l'indifférence. L' œuvre implique structurellement un nœud particulier entre réel, imaginaire et symbolique , l'œuvre retient surtout , dans le matériau concret dont est faite, un fragment de réel, qui échappe au broyage imaginaire produit par la culture dominante. De ce «Réel» - dans une confrontation pluridisciplinaire - on veut offrir une pensabilité. pour le Forum Lou Salomé - Valeria Medda