Insistance
Art, Psychanalyse, Politique

La vocifération des chrétiens de Civitas


Article d'Alain Didier-Weill, psychanalyste: LEMONDE.FR  : Cliquez ICI

Alain Didier-Weill
15.12.11

La semaine dernière, un nombre appréciable de "restaurateurs" de "Civitas" - la cité catholique - s'était réuni dans l'enthousiasme, place de l'Alma, pendant qu'à quelques pas de là , au Théâtre du Rond-Point, se jouait la pièce de Rodrigo Garcia "Golgotha picnic". Un des prêtres qui animait le cortège, disciple de monseigneur Lefèbvre, tenait des propos qui permettaient de comprendre enfin, en toute clarté, qui était le responsable du malaise effrayant accablant la France, fille ainée de l'Eglise. Ce responsable avait un nom, connu depuis des millénaires, qui retrouvait hier sa fraicheur d'antan : ce nom était celui de "Satan". C'était lui qui était responsable du fait que le Théâtre du Rond-Point puisse recevoir des subventions du ministère, afin de monter et de montrer des œuvres diaboliques visant à blasphémer le Christ. Naturellement, expliquait ce prêtre, Satan était également responsable de Descartes, de Rousseau, et de toute la clique de penseurs qui, au nom d'une liberté soit disant donnée par Dieu (le libre arbitre), considérait que l'homme pouvait être un créateur. Pourquoi ne pas sourire devant ce discour, qui, après tout, pourrait sembler comique ? Pour plusieurs raisons. La première apparaît quand nous apprenons que le mentor de ces catholiques de Civitas est Alain Escada qui a toujours eu des liens politiques avec l'extrême droite, et qui se vantait d'avoir reçu un mail du député UMP, Pierre Remiller, lui apprenant l'existence d'une liste de 56 députés signataires d'une pétition contre la christianophobie...voir l'article dans le.monde.fr