Insistance
Art, Psychanalyse, Politique

Psychanalyse et révolution tunisienne


La révolution tunisienne selon le psychanaliste franco-tunisien Fethi Benslama : Cliquez ici

 



 

La révolution tunisienne a surgi d'un angle mort

 

La révolution tunisienne a surgi d'un angle mort. Vouloir aujourd'hui expliquer ses causes à travers les catégories objectives de la rationalité socio-économique est insuffisant. De telles explications finissent par nous faire adhérer à cette illusion déterministe qui fait tant de mal à notre époque où tout semble programmé. Elles privent l'existence humaine d'avenir en la rendant prévisible, dans le confort rétrospectif refroidi. Non, la révolution tunisienne est une surprise y compris pour ceux qui l'ont déclenchée et menée avec résolution. De plus, elle survient dans une situation où la notion de révolution s'est retirée de notre espace de pensée, au moins depuis la chute du mur de Berlin. La levée du soulèvement des Tunisiens, autant que sa puissance, a échappé à tout le monde. A commencer par le système de Ben Ali. Son déclenchement est venu d'une zone inaccessible au champ de vision contrôlé qu'il a constitué. Comment approcher cet angle mort ? Il faut accorder à la notion de déclenchement une valeur propre, qui va au-delà de la conception mécaniste de l'accumulation et de la rupture. Il nous faut penser ce « soudain », qui désigne dans la langue « ce qui vient sans être vu » et qui, en un court laps de temps, renverse massivement la soumission, du moins apparente, en insoumission flagrante et généralisée.

...