Insistance
Art, Psychanalyse, Politique

PENSER LA MUSIQUE : LA PART DU DIABLE


Métaphore de la métaphore
Penser la musique est une entreprise délicate : difficile de faire entrer la musique dans les catégories de la pensée sans que la pensée se retrouve prise dans la dynamique de la musique, soulevée hors  d'elle-même à la lisière de la poésie...  art. Pdf: cliquez ici
Insistance n°2 Théâtre et psychanalyse. Soutenez la revue:abonnez-vous: ICI


Dominique Bertrand
2007

comme si la musique résistait à jouer complètement le rôle d'« objet », allant jusqu'à contaminer l'outil même qui voudrait l'objectiver ; comme si elle n'était « objet » qu'en partie, et que la part échappant à la saisie n'avait pas de statut propre dans le domaine de l'intelligence. Mettant en échec tout couple d'oppositions binaires (qui fondent toute entreprise logique), elle en appelle à la nuance, à l'ambiguïté, au glissement, à la réversibilité, au bouclage, à l'autoréférence, à l'abîme. C'est là sa grâce. En présence de cette grâce, la pensée ne peut tenter de surmonter...

____________________________________________________________

Dominique Bertrand (Trouveurdor@wanadoo.fr),  musicien et compositeur, collabore depuis trente ans à  diverses recherches (musicothérapie, psychanalyse,  théâtre, danse, poésie), suivant le fil des questions  posées par lois de la résonance et de la musique, depuis l'univers des mythes jusqu'au fonctionnement psychique  en passant par la pédagogie musicale. Il vient d'écrire  La prière du serpent (Editions Signatura).