Insistance
Art, Psychanalyse, Politique

archives

Conférence & Débat‎ - au CENTRE COMMUNAUTAIRE DE PARIS


Un philosophe paulinien peut-il penser le judaïsme ? Le cas Badiou  (Mardi 23 Mars 2010 à 19h30)
La question mérite d'être posée : aux philosophes contemporains annonçant une déconstruction ou une fin de la philosophie depuis Auschwitz, A Badiou, philosophe paulinien, répond qu'il est faux de dire que la Shoah est impensable puisque les nazis, en démontrant qu'ils l'ont «pensée" ont mis en évidence qu'elle était « pensable ».
- Sous la présidence de Henri Fontana.

lieu : Paris - CENTRE COMMUNAUTAIRE DE PARIS

Mardi 23 Mars 2010 à 19h30

La logique interne qui anime un tel discours vaut la peine d'être examinée pour plusieurs raisons: en illustrant de façon explicite la façon dont un discours philosophique de maitrise ne peut se fonder que sur l'expulsion de cette exception hérétique qu'est le réel humain (nomme par Lacan objet de la psychanalyse) elle nous renvoie a la question de l'horreur qu'éprouve tout "maître «envers l' exception impensable. Que cette horreur envers l'exception juive ait pu nourrir pendant des siècles l'antisémitisme, ne signifie pas pour autant qu'A.Badiou parle en tant qu'antisémite: son discours s'enracine, bien au delà de l'enseignement du mépris qu'évoquait J.Isaac, dans le discours anti judaïque théologique, du dogme chrétien. Dans la mesure où ce dogme n'a pu advenir qu'avec l'invention par St. Paul de la typologie du pêche originel, nous serons amenés à nous demander a quelles conséquences porte le fait que l'antijudaïsme "paulinien" est tout autre que l'antijudaïsme « de Paul ». Alors que Paul, pour fonder de façon militante une nouvelle religion est conduit à rejeter l'essence du judaïsme, les dogmatiques pauliniens, contrairement a Paul qui connaissait le judaïsme, ne savent pas ce qu'est le judaïsme puisque ce qu'ils savent ne s' abreuve que dans la réception littérale d'un dogme précisément structuré par la volonté de ne plus savoir ce qu'est la voix du Tétragramme. D'où la différence entre Paul et les pauliniens : alors que le premier ne veut plus rien savoir du judaïsme les seconds-tel Badiou-ne peuvent rien en savoir. Des lors suis-je en position de répondre par la négative a la question « un philosophe paulinien peut-il penser le judaïsme?". Cette réponse négative s'accompagne de la question suivante : » comment évaluer l'effet sur le discours qu'Alain Badiou tient sur la Shoah, et sa méconnaissance radicale de ce qu'est le judaïsme? »  Alain-Didier -Weill

 

À l'occasion de lapublication de sondernierlivre "Le mystère qui précède l'inconscient " d'Alain Didier-Weill, aux Editions Aubier Flammarion.


P.A.F : 6€ (non cotisants) - 4€ (cotisants)

Mardi 23 Mars 2010 à 19h30
CENTRE COMMUNAUTAIRE DE PARIS - 119 rue La Fayette 75010 PARIS
Contact : Tél : 01.53.20.52.52-Fax :01.53.20.52.50 infos@centrecomparis.com
Programme détaillé sur le site : www.centrecomparis.com