Insistance
Art, Psychanalyse, Politique

Transfert et changement


Le 27 septembre 1787, les proches de Mozart s'inquiètent. Ils ne peuvent penser à autre chose qu'à l'ouverture du Don Giovanni que Mozart n'a pas encore écrite. Le 29, il dirigera la première au théâtre national de Prague en Bohème.

Jean Charmoille
10/10/2004

Téléchargez l'article complet : transfert_chang_discours.pdf

Le psychanalyste et l'artiste

Le 27 septembre 1787, les proches de Mozart s'inquiètent. Ils ne peuvent penser àautre chose qu'à l'ouverture du Don Giovanni que Mozart n'a pas encore écrite. Le 29, il dirigera la première au théâtre national de Prague en Bohème.

Mozart est serein. Il sait qu'il l'écrira dans la nuit du 27 au 28. Il l'annonce à safemme Constance1 et lui demande de rester avec lui et de lui parler. Elle lui raconte des histoires. Il se tord de rire mais il n'écrit aucune note sur la partition.

A trois heures du matin, Constance propose à Mozart de faire un somme pendantdeux heures. A son réveil, immédiatement, les vibrations de la corde vibrante à laquelle est réduit son corps trouvent le rythme et les intervalles sonores qui s'écrivent d'un seul jet sur le papier : un nouveau symbolique est créé. A sept heures, l'ouverture est sur le papier. Le copiste, comme convenu, peut emmener la partition.

 

L'objet du fantasme comme bouche-trou

 

Ce que l'expérience du transfert peut livrer, c'est qu'alors que nous pensions consciemment regarder, entendre, comprendre, soudainement nous avons été plongés dans un autre monde où nous sommes radicalement et inconsciemment1 regardés, entendus. Elle nous rappelle ce que nous avions oublié : nous sommes depuis toujours, déjà regardés et déjà entendus dans le spectacle du monde. C'est ainsi que l'objet du fantasme estmis à découvert. C'est un renversement de taille qui se donne à Freud dans le rêve de l'homme aux loups. Il trouve que l'objet du fantasme présentifié par le regard des loups a une fonction bien définie, celle de bouche-trou au sens où il empêche l'accès au trou du réel sexuel. Ce qui se signifie, c'est que ce regard fixe le jeune Serguei Pankejeff en position manifeste de regardé mais aussi que, dans ce regard, le rêveur lui-même est fixé comme regardant. Ce n'est pas tout, le rêveur peut découvrir un au-delà au fixe qu'il est comme objet dans le fantasme.