Salle de sport

Covid-19 : les salles de sport en colère

Depuis l’annonce de la fermeture des salles de sport dans la majorité des grandes villes françaises par le ministre de la Santé Olivier Véran, le monde du sport est particulièrement remonté. Dans un communiqué commun, les dirigeants de 300 complexes sportifs (fitness, foot, escalades…) annoncent qu’ils vont rapidement déposer des actions en justice auprès des tribunaux administratifs compétents.

Une fermeture jugée arbitraire

Les salles désirent se tourner vers la justice dans l’espoir de faire suspendre les décrets de fermeture, promulgués dans l’urgence. Ils reprochent au gouvernement d’avoir obligé les salles à fermer, sans aucune concertation avec l’ensemble des acteurs du secteur. La tribune a été écrite dans la volonté d’ouvrir le dialogue avec les autorités.

Les dirigeants dénoncent notamment la désignation par le gouvernement de leurs établissements comme des lieux de propagation alors qu’un protocole strict, validé par les ministères de la Santé, du Sport et du Travail, est appliqué depuis juin dernier. De plus, les salles de sport discutent régulièrement avec leurs adhérents, certaines ayant même des systèmes de coach personnels comme sur myclub.studio. Elles sont donc particulièrement réactives et disposées à alerter l’ensemble de leur communauté à la moindre suspicion de coronavirus.

Une situation économique précaire

Si le pouvoir en place n’entend pas rouvrir rapidement leurs salles de sports, les dirigeants espèrent des aides financières pour survivre à cette nouvelle fermeture, survenue à peine quelques mois après le confinement. Ils voient cette nouvelle période comme cauchemardesque, leurs bénéfices ayant bien du mal à remonter.

Les semaines d’enfermement, suivi de l’été qui est souvent une basse période pour les salles, pour ensuite devoir refermer : des événements qui au fil du temps ont eu raison de leur chiffre d’affaires. De nombreuses salles craignent de devoir définitivement mettre la clé sous la porte. Face à cette détresse, Olivier Véran s’est exprimé en affirmant qu’une réflexion sur un dédommagement et un accompagnement économique était en cours d’élaboration.

Les associations sportives dans l’incompréhension

Les fédérations de basket-ball, de volley-ball et de handball ont également pris la décision de publier un communiqué pour témoigner de leur doute quant à l’utilité réelle de la fermeture des gymnases. À travers ce message, ils tiennent à préciser que les décisions prises par le gouvernement vont à l’encontre de milliers d’associations sportives qui ont déjà traversés une période difficile, à l’image des salles de sport.

Les clubs et les salles représentent un pan majeur de l’économie avec 64 % de Français qui pratiquent une activité physique régulière. Les fédérations et les dirigeants affirment de concert que le sport renforce les défenses face au virus et à sa circulation. Il serait donc plus logique de laisser ces espaces ouverts au grand public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *