Assises de la santé mentale et de la psychiatrie 2021

Assises de la santé mentale et de la psychiatrie 2021 : bilan d’une année Covid compliquée

Les Assises de la santé mentale réunissent tous les experts en matière de psychologie et de psychiatrie. Cette année, elles ont eu lieu les lundi 27 et mardi 28 septembre. L’occasion de dresser un bilan, par ailleurs plutôt alarmant, de la santé mentale des Français à la sortie amorcée de cette crise sanitaire.

Qu’est-ce que les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie ?

Cette année 2021, les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie se sont déroulés les 27 et 28 septembre. À cette occasion, de nombreux spécialistes se sont réunis pour dresser le bilan de l’année. Si la crise sanitaire n’a pas encore tiré sa révérence, les problèmes psychologiques et psychiatriques des Français se font déjà sentir. Le monde entier, concentré sur un mal visant physiquement les personnes atteintes, se rend compte à présent des dommages psychologiques sur la santé de la population. Des dommages que les professionnels de santé ont cependant bien pris en considération, submergés par l’accroissement soudain des demandes de consultation, dès le premier confinement.

Au programme pendant ces deux jours d’assises : un état des lieux de la santé des Français effectué par Olivier Véran, une intervention de la Commission nationale de la Psychiatrie, des tables rondes et des conférences. Des réflexions autour d’une meilleure prise en charge des patients étaient au cœur des débats. Comment intervenir efficacement auprès des populations à tous les âges et dans tous les milieux ? Comment luter contre la stigmatisation des troubles psychiques ? Quelles préventions seraient à appliquer ? Les nouvelles pratiques nées de la pandémie ont par ailleurs été évoquées, des systèmes de médecine mobile tels que les téléconsultations.

Un bilan alarmant sur la santé mentale des Français

Le bilan effectué lors de ces Assises est pour le moins alarmant. En effet, 13 millions de Français, soit une personne sur cinq, seraient touchés par un trouble psychique. Le taux de suicides est vertigineux, il est d’ailleurs le plus élevé de tous les pays européens. Par ailleurs, 23 milliards d’euros par an proviennent de dépenses effectuées, au travers l’assurance maladie, pour soigner les troubles psychiques et les maladies psychiatriques. Pour couvrir les dépenses et bénéficier d’une couverture de plus en plus grande, la population cherche alors à améliorer son système de santé en passant par une meilleure mutuelle santé.

À la fin des Assises, Emmanuel prend la parole pour annoncer un remboursement total des consultations, pour toute la population et sans distinction, à compter de 2022. Une annonce concernant les séances chez le psychologue qui n’étaient pas remboursées jusqu’à présent. Pour bénéficier de soins gratuits dans le domaine de la santé mentale, les patients devaient effectivement se rendre chez la psychiatre. Ce professionnel de la santé mentale, considéré d’abord comme un médecin, est habilité à produire des prescriptions pour les troubles psychiques et pour les maladies psychiatriques graves tels que les antidépresseurs ou les anxiolytiques ou les antipsychotiques.

Les dispositifs déployés par l’État

Un dispositif à hauteur de 1,9 milliard d’euros a été mis en place, sur cinq ans, dans le domaine de la santé mentale. Une somme correspondant au besoin urgent de la population française en la matière. Outre la décision du président de la République visant à garantir la gratuité de toutes les consultations effectuées chez le psychologue dès 2022, d’autres mesures ont été prises par l’État :

  • L’ouverture de 800 postes pour subvenir aux besoins des centres médico-psychologiques d’ici à 2022.
  • La création de 20 équipes mobiles pour aider à la prise en charge des personnes âgées dans les Ehpad et les structures médico-sociales.
  • La mise en place d’une maison des adolescents pour lutter contre la détresse psychologique des jeunes et les nombreux suicides. Elle permettra des consultations anonymes et sera présente dans chaque département français. Par ailleurs une centaine de places seront créées en accueil familial thérapeutique. Un système permettant la continuité de ses soins tout en intégrant un milieu familial rassurant.
  • Le développement d’un système de premiers secours en matière de santé mental à étendre dans tous les secteurs professionnels.

Il est par ailleurs important de noter qu’un nouveau numéro national a été mis en place, en octobre 2021, pour lutter contre le taux de suicides excessivement élevé. Si vous avez des envies suicidaires ou que vous êtes dans une détresse psychologique, n’hésitez pas à composer le 3114. Il est accessible 24 h/24 et 7j/7.

Des enjeux individuels et collectifs

Préserver sa santé et celle des autres, veiller à un bon équilibre psychologique et au bien-être de son prochain, voici également les objectifs de la journée des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie. Des tables rondes ont permis à des professionnels et des experts représentant de familles et de patients de s’exprimer. Une initiative qui a permis de faire tomber les chapes de plomb régissant le secret professionnel, auxquels sont soumis psychologues et psychiatres. Se sont alors révélés les multiples angoisses liées au confinement, la détresse de certains patients ayant vécu la solitude et la perte d’un proche et des troubles anxieux permanents dus à l’incertitude des lendemains et aux conditions économiques difficiles. Voici les chiffres relayés lors de l’évènement :

  • 23 % des Français montrent des troubles anxieux.
  • 10 % ont eu des pensées suicidaires. Le suicide est par ailleurs noté comme étant la seconde cause de mortalité chez les jeunes entre 10 et 25 ans.
  • 64 % des Français ont présenté au cours de l’année des troubles ou de la souffrance psychique.
  • 15 % de la population ont été victimes de dépression au cours de la pandémie.

Il a par ailleurs été noté que les Français sont les plus grands consommateurs de psychotropes dans l’union européenne.

Préserver sa santé

Quelques conseils sont à pratiquer au quotidien pour préserver sa santé mentale :

  • Pratiquer régulièrement du sport
  • Vivre l’instant présent
  • Apprendre à gérer son stress à travers de méthode de méditation
  • Manger sainement
  • Développer l’estime de soi-même
  • Dormir suffisamment
  • Prendre du temps pour soi
  • Équilibrer sa vie personnelle et professionnelle

Bien entendu, tout cela est bien souvent plus facile à dire qu’à faire. Il est donc conseillé d’aller consulter un psychologue ou un psychiatre dès le besoin de parler se fait sentir. Concernant les parents, il convient d’être particulièrement attentif à tout changement dans l’attitude ou les résultats scolaires de leurs enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *